De croiser Tai-Luc, jeune Géronimo en 79, a assurément changé de manière définitive, le sens de la vie des toutes premières recrues du “Détachement Féminin Rouge” à l'origine de(s) Clandestines. 

front page
Tai-luc
LSD
Jukebox
(f)i(l)mages
Trafic
Backstage

 

 

 riqi  uk-flag  drapeau-espagnol

  chinese-army-wuhan-flag-1911-1928.svg

 drapeau_basque

 

 

 

tai-luc-vinyle-jukebox

 

 

Disquaires et plateformes

 

 

 
iris_p
 
 
 

 

 

 

 motif-tshirtsans_cadre

 

 

 

 

 

 affiche-tai-luc










thumb_impur01a














 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

couv_weblivre
 
front page
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

À propos de LSD à Fréjus (annexe au bulletin Lima Sierra Delta n° 84)

 

Les artistes musiciens qui au gré des formations constituent le groupe La Souris Déglinguée depuis 35 ans, interprètent un répertoire constitué d’une ribambelle de chansons originales, lesquelles nourrissent celles et ceux qui les entendent.

 

Ces artistes musiciens qui ont été aussi collégiens, lycéens, étudiants, puis manutentionnaires, représentants, employés de bureau, conscrits, soldats du feu, comptables,  postiers, biffins, peintres de cinéma, figurants, vigiles, architectes, chômeurs et enseignants, sont maintenant tous proches de l’âge de la retraite. C’est la réalité, pas la légende collant au nom du groupe qui voudrait qu’un de ses membres ait aussi vendu de l’héro au Golf-Drouot.

 

Ces artistes musiciens qui sont célibataires, en couple, divorcés ou pères de famille, ne vivent pas ni font vivre leurs maisonnées des royautés des contrats discographiques, des droits d’auteur et des cachets reçus à l’issue des concerts ou des séances d’enregistrement.

En revanche, la musique est le sel de leur vie. 

 

Cette musique, leur musique c’est le rock and roll à tendance punk avec des variations de pulsations puisant dans le reggae et le rythm & blues.

 

             Les paroles des chansons de LSD ont toujours été libres, sociales, exotiques et diverses. Elles sont le reflet culturel du quotidien et du vécu d’une partie de la jeunesse  née dans la deuxième moitié du XXe siècle français.

Mais ces paroles franciliennes et eurasiennes, à un moment ou à un autre, parlent à tout le monde car elles ont des aspects universels qui rassemblent le temps d’une chanson ou d’un concert des gens de toutes les classes et de toutes les origines.

 

Ce répertoire de chansons avant d’exister sous la forme d’enregistrements, a été conçu comme un opéra destiné à être joué sur scène, lors de concerts organisés par des promoteurs du spectacle vivant, pour un public fidèle au rendez-vous. La preuve en a été faite à l’Olympia, le 9 mai 2015 où LSD a joué à guichets fermés pour la deuxième fois de son existence.

 

La plupart du temps, LSD a eu affaire à des promoteurs privés du milieu associatif ou de la libre entreprise : Rock à l’Usine Paris, Chris Aspect Saint-Blaise Paris, Frisch Fleisch Strasbourg, SDG Warhead Paris, Pbox Paris, Red Skins Limoges, Valérie Casting & Mickey Cascades, Skalp Bourges, Raya pour le Tibet Libre Paris, Le Tibet voit rouge Paris, Bulles et Zik Paris, Breizh Wankers Boquého, TAF Secret Place Montpellier, Chinook Libos, Humanoïdes Foix, Saldana Foirail Bagnères, Bikini Sansonetti Toulouse, Adèle Toulouse, Allez les filles Bègles, Rude boys unity Genève, Ghetto Domengès Tarbes, Abattoirs Lillers, Hôtels Victoria Vietnam & Cambodge, Midi Festival Pékin… La liste est trop longue pour nommer tout le monde, ils et elles se reconnaîtront.

 

En dépit de la diversité idéologique des personnalités dirigeant ces associations ou ces entreprises de base, elles ont eu une politique commune : celle de programmer LSD.

C’est cette politique courageuse qu’il faut saluer car il n’est pas question ici d’autre chose : de la lutte que LSD et ses soutiens mènent pour survivre dans un environnement hostile contrôlé par un État nucléariste avec à sa botte des artistes officiels, grassement payés lors de méga festivals où La Souris, qui pourtant n’a plus a donner les preuves de sa professionnalité,  n’a jamais été invité. Et ceci mérite d’être souligné.

 

 Si LSD a dit okay pour se produire dans les arènes gallo-romaines de Fréjus, ville pourtant honnie de la Riviera, c’est parce que la musique de LSD retentit là où on lui en donne la possibilité.

 

Par ailleurs, LSD, comme tous ses contemporains, est sans cesse traversé et modelé par des idéologies de toutes sortes et de toutes tendances, et son travail, en tant que collectif artistique bien sûr mais aussi individuellement, est justement de s’en extraire  autant que possible et faire l’expérience d’une liberté véritable de création et d’action.

Chacun peut mesurer la difficulté d’une telle tâche devant lequel LSD n’a jamais rechigné.

 

En ce qui concerne l’ambiguïté que l’on prête à La Souris Déglinguée, elle  cède à l’examen de ses paroles où se lit clairement le refus libertaire de l’asservissement des consciences, des simplifications et de l’uniformisation totalitaires.

 

Le fait qu’à Fréjus LSD ait partagé la scène avec une première partie sulfureuse et  interprète de morceaux identifiés comme ultras, peut être perçu comme  shocking, mais cela est salutaire en ce qu’il donne à LSD, à ceux qui soutiennent le groupe comme à ceux qui l’excluent, l’occasion de constater à nouveau que tout comme les industries de l’information, friandes de faits divers, ont immédiatement récupéré ce qui ne fut qu’une rixe de jeunes gars éméchés dans une arène, Big Brother a vite fait ses choux gras des opinions médiocres exprimées sur le web, tant elles ont la forme dénonciatrice de crimes imaginaires.

 

            Pour lever les dernières équivoques, ajoutons encore qu’au delà du contexte politique local, il existe des liens amicaux entre Minh Trân Long, l’organisateur du concert et Tai Luc Nguyên de LSD, tout comme il y a des échanges cordiaux avec « l’invité surprise » Xavier In Mémo croisé et salué de temps à autre dans les bars du Quartier latin ou au local de répétition commun à tous les groupes parisiens de la rive gauche. Ce choix de dialoguer, de parler, comme dans la chanson de LSD, avec Tous les Rones et les Noaches, les Rebeux et les autres, c’est ce que certains appellent  le « vivre ensemble », mais chez LSD, ce n’est pas seulement un concept, c’est surtout une pratique et cela depuis très longtemps.

 

Bon, du coup, LSD sera encore privé de Fête de l’Huma l’année prochaine.

Rideau sur  le feuilleton de l’été.

Salutations à toute la Raya.

 

Tango Alpha India Lima Uniform Charlie

Pa Nam, 10 août 2015

 

 

 
Top! © 2007 Clandestines Top!